Ensemble La Chimera

Ensemble La Chimera

eduardo egüez | guitares, théorbe & direction

C’est à Buenos Aires qu’Eduardo Egüez naît et étudie, décrochant des diplômes de guitare et de composition à l’Université catholique d’Argentine. Il suit alors l’enseignement du grand luthiste Hopkinson Smith à la Schola Cantorum de Bâle en Suisse et remporte de nombreux prix dans des concours prestigieux. En dépit d’une intense carrière aux côtés de musiciens tels que Jordi Savall, Gabriel Garrido, Manfredo Krämer ou même le regretté Claudio Abbado (Orchestre Mozart), recevant des éloges unanimes pour ses interprétations de Weiss, Bach ou Visée pour des labels tels que Sony Classical, Naïve, Naxos, Alia Vox ou Harmonia Mundi, Eduardo Egüez n’a jamais perdu de vue ses racines musicales et le folklore latino-américain. C’est avec les projets de La Chimera qu’il donne corps à cette double passion, rendant magistralement justice aussi bien à Claudio Monteverdi et Giulio Caccini qu’aux rythmes et mélodies de Buenos Aires.

 

luis rigou | chant et flûtes

Originaire de Buenos Aires, Luis Rigou étudie la flûte traversière dans sa ville natale, explorant en autodidacte les sonorités des flûtes andines, ainsi que le folklore latino-américain. Il mène alors une carrière fulgurante au sein du Cuarteto Cedron et, surtout, du groupe Maïz qu’il fonde lui-même en 1983. A cette époque, on le connaît sous le pseudonyme de Diego Modena : aussi bien flûtiste qu’arrangeur, il signe la série des albums intitulés Ocarina (qui lui vaut 57 Disques d’or, chiffre faramineux récompensant les 12 millions de disques vendus dans le monde entier), remporte succès sur succès dans la musique de film et collabore avec Lluis Llach (il en est le directeur artistique) ou Jean Ferrat pour La Complainte de Pablo Neruda, sans oublier Vicente Pradal (pour Llanto por Ignacio Sanchez Mejias sur le texte de Lorca ou Pelleas et Melisanda d’après Neruda).

 

BÁRBARA KUSA | chant

Née en Argentine, la soprano Bárbara Kusa étudie le chant à Buenos Aires puis se perfectionne en France et en Allemagne, ajoutant au diplôme de chant deux autres en clavecin et basse continue. Avec son timbre ensoleillé et l’expressivité de son chant, elle brille particulièrement dans la musique ancienne, défendant Monteverdi, Lully ou Rameau avec des ensembles et des chefs de premier plan (citons l’ensemble Elyma dirigé par Gabriel Garrido, Hespèrion XXI de Jordi Savall ou Les Chantres du Centre de Musique baroque de Versailles d’Olivier Schneebeli). Avec ces artistes, elle a gravé nombre de disques pour les labels Alpha, K617 ou Ambronay. Mais elle est aussi une merveilleuse interprète des chansons de son pays, unissant sa passion pour le baroque avec son amour de la musique argentine dans ses collaborations avec Eduardo Egüez et La Chimera.

 

La chimera

Fondée sous la forme d’un consort de violes par Sabina Colonna Preti en 2001, La Chimera prend son visage actuel avec l’arrivée du théorbiste Eduardo Egüez qui endosse la direction artistique de l’ensemble. Avec des effectifs éminemment variables au gré des programmes, La Chimera intègre alors des sonorités nouvelles et oriente son répertoire vers de passionnants métissages aussi bien géographiques que chronologiques : le premier projet de ce type, Buenos Aires Madrigal, symbolise brillamment cette approche, réalisant la fusion admirable de madrigaux

italiens du XVIIe siècle et des tangos argentins. Tonos y Tonadas, plus tard, met en miroir le baroque espagnol et le folklore latino-américain, alors qu’Odisea Negra nous mène sur les traces des esclaves emmenés de force de l’Afrique occidentale jusqu’aux Caraïbes. La Voce di Orfeo illustre de son côté le versant « savant » du répertoire de La Chimera, ressuscitant la figure légendaire du ténor Francesco Rasi, créateur de l’Orfeo monteverdien en 1607. Sans surprise, l’originalité de ces projets et leur réalisation musicale irréprochable ont valu à La Chimera de se produire dans des lieux aussi prestigieux que l’Auditorium Olivier Messiaen de Radio France, la Salle Gaveau et le Théâtre de la Ville à Paris, l’Arsenal à Metz, la Salle Flagey à Bruxelles, le Palacio Euskalduna à Bilbao ou le Teatro Ponchielli à Crémone. L’ensemble La Chimera bénéficie du soutien de la Fondation Orange.

 

foto-nova-misa-criolla

coral de cámara de pamplona

Avec plus de 65 années d’une riche existence, récompensée par le Prix de l’Ordre du Mérite civil, celui de l’Ordre d’Alfonso X el Sabio ou la Médaille d’Or du Mérite du Travail, la Coral de Cámara de Pamplona (ACCP) s’est inscrite fermement dans l’histoire culturelle espagnole. La Coral a été fondée en 1946 par Luis Morondo et se consacre à un vaste répertoire allant de l’Ars Nova du XIVe siècle aux partitions contemporaines. De ce fait, le chœur est sollicité par les principales manifestations espagnoles (Festivals de Granada, San Sebastian, Santander etc…), se produisant aussi dans le monde entier – Konzerthaus de Vienne, Festival de Graz, Metropolitan de New York, Teatro Colón de Buenos Aires ou Gran Teatro de La Havane à Cuba – il a été, dans ce cadre, élu meilleure formation chorale ayant visité l’Amérique du Sud par l’Association des critiques musicaux sud-américains. A la tête d’une très importante discographie (une centaine d’albums pour les labels Lumen, Telefunken, Philips ou Arsis), la Coral de Cámara de Pamplona a aussi été invitée à chanter pour la BBC de Londres. Coral de Cámara de Pamplona de Pamplona est soutenue par le Gouvernement de la Navarre, par le Ministère de la Culture INAEM et par la Ville de Pamplona, avec le partenariat du Diario de Navarra. Depuis décembre 2012, son directeur musical est David Gálvez Pintado.