Quilapayun

Quilapayun à Calenzana

Actif depuis cinquante ans, c’est plus de 2 000 prestations dans 40 pays, 26 albums originaux, 5 albums live et plusieurs compilations qui constituent le patrimoine artistique du groupe musical Quilapayun, fondé en 1965 à Santiago du Chili par Eduardo Carrasco. Dirigé par Victor Jara*, dès
1966, le groupe Quilapayun est très vite connu pour son style expressif. Authentique et en même temps original, ce groupe se fonde dans le folklore et les formes musicales populaires du continent sud-américain. Il mélange dans ses chansons des instruments traditionnels andins à des paroles poétiques ou politiquement engagées.

Le président de la République Salvador Allende le nomme « Ambassadeur culturel du Chili » en septembre 1973, alors qu’ il se trouve en France pour chanter au port du Havre, à la Fête de l’ Humanité et à l’ Olympia. Empêché de rentrer dans son pays suite au putsch du général Pinochet survenu le 11 du même mois, il trouve asile en France, terre qui deviendra leur seconde patrie.

Accueillie par la ville de Colombes et ayant Paris comme port d’ attache, il parcoure le monde pour éveiller la solidarité envers son pays, alors sous la dictature. Suite au référendum de 1988, qui a déchu Pinochet, il retourne au Chili après seize longues années d’ exil. Désormais son activité se déroule entre l’ Europe et le continent américain, avec pour résidence le Chili et la France.

Les « Quilas », ainsi surnommées par leurs pairs et par le public, sont récompensés de nombreuses fois au cours de leur carrière. Ils sont mondialement reconnus pour l’ ensemble de leur œuvre artistique ainsi que pour leur engagement politique et humain. Leur renouvellement constant et la recherche de nouvelles possibilités musicales attirent un public nombreux à chacune de leurs prestations. Hommage à Victor Jara est leur création la plus récente. Ce spectacle, qui retrace leur travail avec le chanteur*, a été présenté avec grand succès dans plusieurs villes du Chili mais aussi applaudi à Paris au théâtre du Châtelet (2009), au Metropolitan de Ciudad de Mexico, au Palau de la Musica de Barcelone en 2011 et à Berlin, au Théâtre Maxime Gorki, en février 2013.

Au Chili, la même année, ils enregistrent Encuentros,en collaboration avec de jeunes artistes et plus récemment Cantos por el pueblo Aymara. Les Quilapayun, dont le pseudonyme signifie « trois barbes » en langue mapuche, peuple aborigène sud-américain, se revendiquent héritiers de Violeta Parra (grande figure de la chanson chilienne), Pablo Neruda (poète universel), Victor Jara (qui les a guidés dans leurs premiers pas) et de Salvador Allende, héros de la démocratie. Par ailleurs, ils portent en eux la mémoire de « Willy » Oddó** leur charismatique et regretté compagnon de route. Au cours de cette dernière décennie, quatre musiciens se sont joints à eux, leur permettant d’ élargir leurs champs instrumentaux et vocaux.

Le groupe Quilapayun : Eduardo Carrasco (instruments à vent et chant), Carlos Quezada (percussion et chant), Hernán Gomez (guitare, charango et chant), Hugo Lagos (guitare, quena, zampoña et chant), Guillermo Garcia (guitare et chant), Ricardo Venegas (chant, quena et chant) et Rubén Escudero (guitare, charango et chant) Nouveaux membres : Ismael Oddó (claviers, guitare et chant), Sebastián Quezada (percussion et chant), “Caito” Venegas ‘ basse et chant) et Fernando Carrasco (guitare, charango, quena et chant).
*Victor Jara a été arrêté par les putschistes, sauvagement torturé et ensuite exécuté. Ses assassins sont connus, récemment, arrêtés et déférés devant la justice, leur procès n’ a pas encore abouti. **Guillermo « Willy » Oddó a été assassiné à Santiago par un délinquant en novembre 1991. Sa disparition a été une perte irremplaçable pour le groupe. Il avait 49 ans.